Site intercommunal >>

La circulation des hommes et des marchandises

Les infrastructures de transports

Un territoire rural proche de grands axes de communication

La communauté de communes de l’Arize se trouve être contournée par des infrastructures de transports d’échelle régionale, voire nationale.

Toutefois, ce territoire rural bénéficie de la proximité d’infrastructures routières majeures que sont l’A64 et l’A66. La présence de ces axes permet notamment de rejoindre l’agglomération toulousaine en une heure de trajet environ depuis le Mas d’Azil.

L’A64, dite la Pyrénéenne, si situe à l’Ouest du canton, à une vingtaine de minutes en voiture pour la partie Nord Ouest du territoire (Thouars, Fornex, La Bastide de Besplas) contre un peu plus de 40 minutes pour la partie Sud Est (Le Mas d’Azil et Gabre).

L’A66, dite l’Ariégeoise, est localisé à l’Est du canton, à moins d’une demi heure de la moitié Est du territoire, contre plus de 40 minutes pour le Nord Ouest du territoire, ainsi que la commune de Montfa.

Concernant la desserte ferroviaire, le territoire est également contourné par les lignes Toulouse-Tarbes et Toulouse Foix, qui suivent approximativement le tracé du réseau autoroutier.

Quant à la desserte aérienne, l’aéroport de Toulouse-Blagnac, situé à un peu plus d’une heure du territoire, constitue une offre de premier choix. L’aéroport de Tarbes constitue une offre alternative.

Un réseau routier organisé autour de deux axes structurants : la RD 628 et la RD 119

Le réseau routier s’organise selon trois types de desserte (voir carte ci-contre) :

  • Les routes départementales n° 628 et n° 119. Il s’agit des axes de desserte principaux du territoire qui permettent de relier d’une part, Montesquieu-Volvestre à Sabarat, et d’autre part, Pamiers à Saint-Girons.
  • les routes départementales secondaires. Ce sont des axes qui desservent majoritairement les bourgs principaux et permettent une circulation transversale dans le territoire.
  • Le réseau de desserte locale, jouant un rôle de desserte et de jonction entre les différentes habitations. Ces axes sont particulièrement sinueux.

Hormis les axes structurants du territoire, le maillage routier du territoire apparaît être en mauvais état, ne facilitant pas ainsi la circulation.

Comptages routiers de l’année 2007

Les valeurs de la carte représentent la moyenne journalière de véhicules qui transitent parmi les différentes voies de communication routières de la Communauté de Communes de l’Arize pendant l’année 2007.

De manière logique, se sont bien les deux voies structurantes du territoire, la D 628 et la D 119, sont les plus fréquentées. Au niveau de la commune de Sabarat, ce sont 2 822 véhicules en moyenne qui transitaient en 2007. Ce chiffre est plus élevé que celui qu’on relève au niveau de Thouars sur Arize, au Nord du Canton : 2 628 véhicules passaient chaque jour sur la D 628 au niveau de Thouars sur Arize en 2007. Cette différence peut s’expliquer par l’attractivité du chef lieu de canton.

Toutefois, malgré cette attractivité du Mas d’Azil, on constate que la route D 628 est plus fréquentée que la D 119. Cette dernière est importante du fait qu’elle permet aux habitants du canton d’accéder au Mas d’Azil mais aussi de regagner d’autres villes du département, comme Saint-Girons. D’autre part, la D 628 constitue une véritable zone de passage car elle permet de traverser le territoire. En effet, elle permet aux habitants du canton de se rendre en Haute Garonne, mais aussi à d’autres villes importantes de l’Ariège, comme Foix ou Pamiers.

Source : Conseil Général de l’Ariège, direction des services techniques - service des infrastructures - BCPT

Les réseaux de transports en commun

Le transport à la demande de la CC de l’Arize

La Communauté de Communes de l’Arize propose un réseau de transport à la demande. A peu près 25 personnes sont fidèles à ce service.

Dans un territoire rural, où l’offre de transports en commun n’est pas développée, ce genre de transports se présente comme très intéressant. En effet, ce service public favorise par exemple des personnes non autonomes au niveau des transports (une seule PMR), comme certaines personnes âgées par exemple. D’autre part, il peut venir en aide à des ménages qui ont des besoins diversifiés en termes de mobilité.

La gare de Carbonne étant très attractive pour les habitants du territoire, l’idée de mettre en place une navette reliant la gare de Carbonne peut sembler intéressante.

Nb : A partir d’octobre 2011, les circuits de Daumazan-sur-Arize et Pamiers vont cesser

Le réseau routier du Conseil général et de la Région :

Le territoire est desservi par deux lignes de bus du réseau du Conseil Général de l’Ariège, la ligne 113 reliant La Bastide-de-Besplas et Saint-Girons et la ligne 117 reliant Le Mas d’Azil à Montesquieu-Volvestre. D’autre part, le territoire de la Communauté de Communes de l’Ariège n’est traversé par aucune ligne de bus du réseau du Conseil Régional. Toutefois, la ligne Toulouse - Foix traverse la vallée de la Lèze et passe très près de la commune de Sabarat. La ligne départementale 113 dessert la commune de Pailhes en rejoignant la ligne régionale Toulouse -Foix.

En termes de fréquentations, la ligne régulière départementale 113, accueille une quarantaine d’élèves par mois mais quasiment aucun voyageur. D’autre part, la ligne régulière départementale 117, est plus fréquentée, avec une soixantaine d’élèves et 2 à 3 voyageurs.

Les deux lignes sont donc très peu fréquentées. Ce sont surtout les scolaires qui les utilisent alors que les particuliers n’en font pas beaucoup usage. Cela est également dû au fait que les trajets ne sont pas adaptés aux besoins des travailleurs et le cadencement n’est pas important. Pour que tout transport en commun soit attirant, il faut qu’il soit vu par la population. En plus de la nécessité d’augmenter le cadencement, il serait pertinent d’adapter les trajets de ces transports en commun aux besoins des travailleurs, afin de diminuer un usage quasi exclusif de la voiture, qui coûte cher aux ménages (voir tableau).

Le réseau ferré TER :

Comme nous montre la carte, le territoire n’est traversé par aucune ligne du réseau ferré TER. Toutefois, une part non négligeable d’actifs du territoire se rend à la gare de Carbonne pour aller à Toulouse.

Synthèse

Les mobilités douces

En ce qui concerne les mobilités douces, elles n’ont pas une place prépondérante sur le territoire. En effet, le relief contraignant et l’absence d’aménagements sécurisés le long des axes routiers ne facilitent pas son développement. Toutefois, les mobilités douces peuvent être développées pour des distances plus réduites, à l’échelle des déplacements quotidiens. Sur le territoire, la voiture est utilisée même pour effectuer une centaine de mètres.

L’enjeu serait donc de faciliter les déplacements doux entre les zones fonctionnelles. Par exemple, il serait pertinent de relier les zones d’habitat aux équipements. Les Orientations d’Aménagement et de Programmation répondront à cet enjeu à travers la définition et la proposition d’aménagements pour une alternative à la voiture pour de courtes distances.